Le livre…

« Témoin de septembre 2017 à septembre 2019 d’une foultitude événements liés à des sujets hexagonaux plus ou moins frivoles, il m’aurait fallu être sourde, aveugle et de fort mauvaise foi pour ne pas comprendre que leur traitement médiatique et social (qui ne font qu’un) était lié à la mutation anthropologique en cours depuis plusieurs années, laquelle n’est jamais plus signifiante que dans le nouveau rapport que l’humanité entretient désormais avec le langage, l’histoire, la mémoire et l’art. C’est pourquoi ces chroniques n’en finissent pas de montrer comment et de prouver pourquoi les apories de l’individualisme de masse débouchent sur toujours plus de grégarisme et de conformisme. »

Dans ce nouveau recueil de textes, Cécile Guilbert a repris et mis en perspective ses meilleures chroniques parues dans La Croix mais elle en a aussi écrit de nouvelles, nourries des événements récents, et qui donnent à ce livre un caractère terriblement actuel puisqu’il est question aussi bien de viralité que de virtualité, de littérature au temps du Covid que de la restriction des libertés publiques et de la pulsion de mort qui hantent le « catastrophisme » ambiant. 

Avec Roue libre, Cécile Guilbert poursuit, avec la même liberté de pensée et la même stupéfiante érudition, une traversée de l’époque entamée avec Sans entrave et sans temps morts I et II.

Roue libre, parution le 9 septembre 2020, 19 €, 135 x 210, 264 pages, ISBN : 9782080207456.

Cécile Guilbert est née à Pau en 1963. Romancière et essayiste, elle a longtemps été critique littéraire au Monde, au Magazine littéraire, et a tenu des chroniques littéraires dans La Croix, revues ici et augmentées de plusieurs textes en lien avec l’actualité récente. Elle a publié de nombreux essais littéraires, tels Saint-Simon ou l’encre de la subversion (Gallimard, 1994), Pour Guy Debord (Gallimard, 1996), L’Écrivain le plus libre (sur Laurence Sterne, Gallimard, 2004) et Warhol Spirit (Grasset, 2008) qui a obtenu le prix Médicis Essai. Elle est également l’auteure de romans et de récits comme Réanimation (Grasset, 2012) et Les Républicains (Grasset, 2017). Préfacière d’œuvres de Sade et des volumes Littératures de Nabokov et Œuvres maîtresses de Sacher-Masoch dans la collection « Bouquins », elle a rassemblé ses principaux essais dans Sans entraves et sans temps morts I et II (Gallimard, 2009 et Grasset, 2015).
Son dernier livre, Écrits stupéfiants. Drogues et littérature de Homère à Will Self (Robert Laffont, 2019), a connu un vif succès critique.