Extrait…

« Ma toute première course au départ de l’hôpital – il y a presque deux ans, je venais juste de me faire virer de l’université –, j’ai fait monter un type ayant passé la cinquantaine, un Blanc, qui avait dit au téléphone à son dentiste qu’il se tirerait une balle dans la tête si on ne lui prescrivait pas un antidouleur plus fort. Le dentiste l’avait signalé à la police, qui avait envoyé une voiture de patrouille. Les deux agents avaient expliqué au gars qu’ils pouvaient l’accompagner à l’hôpital, sinon ils appelleraient une ambulance, qui lui coûterait cher, et ils le feraient monter dans l’ambulance de gré ou de force. En pleine rage de dents, le gars avait dit aux flics que cette histoire de se tirer une balle était une blague et qu’il n’était pas question qu’il mette les pieds à l’hosto. L’ambulance était arrivée, les flics l’avaient obligé à monter dedans et il avait passé la journée au service psychiatrie, à subir un interrogatoire sur ces tendances suicidaires.

Je suis venu le chercher le soir, il faisait nuit et il tombait un crachin lugubre de début d’hiver.

“Il me semble tout de même qu’on devrait pouvoir se foutre en l’air si on en a envie”, a-t-il dit depuis la banquette arrière, furibard.

J’étais d’accord. »

 

Feuilleter les premières pages

Lee Durkee vit dans le nord du Mississippi où il est né. Ancien chauffeur de taxi et ancien prof d’anglais, il a publié récits et nouvelles dans le magazine Harper’s, la New England Review et Mississippi Noir. Mississippi Driver est son second roman.

Le livre…

Ancien prof d’anglais qui a échoué à transmettre son amour de Shakespeare à ses élèves, Lou Bishoff est devenu chauffeur de taxi à Gentry, dans le Mississippi. C’est ainsi qu’il a dû se résoudre à gagner sa vie, en écoutant celle des passagers qui se succèdent dans sa vieille Lincoln. Ceux-là n’auraient guère leur place dans les pages people des magazines et reflètent plutôt le quotidien d’une ville moyenne du Sud profond : retraités accros aux opioïdes, poivrots bringuebalés de motels en caravanes, junkies à la recherche de leur dose, ex-taulards en goguette, racistes de tout poil… Tout vaut mieux aux yeux de Lou que les bandes d’étudiants fêtards et éméchés qui n’aiment rien tant que vomir sur sa banquette arrière.

Au fil de cette journée passée dans le taxi de Lou Bishoff, Lee Durkee nous invite à une véritable odyssée au cœur de l’Amérique profonde. Qui ne s’achèvera pas du tout comme prévu. 

Mississippi Driver, 21 €, 145 x 220, 300 pages, ISBN : 9782080207500. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Nicolas Richard.

Parution le 25 août 2021. 

 « Une merveille d’humour noir. »
Kirkus Review

« Rêve poétique, enfiévré et burlesque,
ce roman changera votre vision de l’Amérique. »

George Saunders

« À mi-chemin entre Bukowski et Portis. »
Book Summary

« Durkee capte l’esprit de son temps à la perfection. »
The Washington Post